Caucus de femmes

4/12/2007
Anonyme (non vérifié)

Les femmes comprennent une quantité croissante des positions parlementaires. Dans beaucoup de pays, les législatures ont formés de caucus de femmes pour augmenter la solidarité entre les représentantes et discuter les questions de femmes, bien qu’il y ait des personnes qui doute leur effectivité. Est-ce que ces groupes parlementaires servent vraiment à fortifier la position des femmes au parlement, ou est-ce qu’ils servent à les isoler ? Est-ce que quelqu’un connait des exemples de parlements où les groupes parlementaires de femmes ont aidé ou affecté des représentantes?

Commentaires

Portrait de iKNOW Politics

Juillet 25, 2012 08:49
iKNOW Politics

Je suis curieuse de savoir par quel mécanisme le parlement kenyan a réservé 50 sièges pour les femmes au Parlement kényan.

Portrait de iKNOW Politics

Juillet 25, 2012 08:59
iKNOW Politics

Je viens échanger avec vous une victoire dans la promotion des droits de la femme africaine. Le parlement du Burkina Faso a adopté une loi sur les quotas, qui permettra une meilleure représentation des femmes sur les listes des élections locales et législatives. Selon la loi adoptée par la majorité des 111 députés, chaque sexe doit avoir au moins 30 pour cent de représentants sur les listes électorales. La loi stipule par ailleurs, que « tout parti ou regroupement de partis politiques, dont les listes ne respectent pas les dispositions de la présente loi, perd 50 pour cent du financement public pour les campagnes électorales ». Les partis doivent comporter au moins 30 pour cent de candidatures au profit de l’un ou de l’autre sexe lors des élections législatives et municipales cela fait six ans que les femmes du Burkina se battent pour l’instauration du quotas car la population de sexe féminin représente pourtant 51,7 pour cent des Burkinabè. Une page est donc tournée et il revient maintenant aux associations, formations politiques, associations de la société civile de prendre d’assaut les villes, les campagnes, pour divulguer cette loi. Depuis 2007, le montant prévu par la loi sur le financement des partis politiques au Burkina est passé à 500 millions de francs CFA (environ un million de dollars).

Certains partis politiques sont très mécontents de cette loi qu’ils jugent coercitive. Mais je pense que nous devons nous battre pour plus de visibilité dans les postes nominatifs, à compétence égale les femmes doivent être représentée dignement. Il ya certains secteurs, tels que la défense, ou d’autres postes très techniques où les femmes sont absentes

La lutte continue….

Flok