Luz Haro

Français
Date de l'entretien: 
12/14/2012
Région: 
Titre: 
présidente de l'Association des Femmes des Conseils Paroissiaux Ruraux de l'Equateur, AMJUPRE

iKNOW Politics: Je voudrais commencer par vous poser des questions sur votre carrière politique. Quand a-t-elle commencé? Quelle a été votre motivation? Quelles sont les opportunités ou obstacles que vous avez  rencontrés en raison de votre sexe?

Je n'ai jamais été posé cette question si détaillé. Je suis une femme rurale né dans la province de Chimborazo, en Equateur, et résident de la province de Pastaza depuis près de 30 ans. J'étais presque toujours une femme entièrement dédié à la maison et la famille, jusqu'à ce que nous ayons eu des difficultés financières et puis j'ai commencé à aller un peu dehors de la maison afin de me battre pour les droits des paysans, de la communauté rurale, et aussi pour les questions féminines. Ce fut une lutte très longue, de 1990 à 1996. En 1990, j'ai également fondé l'Association des Femmes de Fátima, qui est la paroisse rurale où j'habite, dans la province de Pastaza.

Avec cette association, nous avons réussi à monter la première École de Formation pour les Femmes Leaders Rurales de l'Amazonie, où participait, entre 1996 et 1997, 200 femmes provenant de deux provinces: 150 de Pastaza et 50 de Morona Santiago. Les sujets allaient de l'auto-estime, analyse de la situation, et le leadership à la participation politique, qui tous étaient inconnus pour nous, en particulier pour les femmes d'Amazon, et encore moins pour les femmes rurales.

En Décembre 1995, ma province a reçue la visite de la Coordinatrice Politique des Femmes Équatoriennes, qui venait en effet d’être constitué le 7 Juillet de la même année. Et juste après, j'ai été invitée au premier Congrès des Femmes Équatoriennes, qui s'est tenu à Quito le 8 et 9 Février, 1996. Et moi, une femme rurale, est allée à cette première conférence en compagnie de deux jeunes filles de la même province, qui m'ont proposé de me candidater à l'élection du premier conseil de la Coordinatrice Politique des Femmes Équatoriennes. Et c'est alors que, curieusement, j'ai rassemblé le plus de voix, même ayant été en compétition avec des femmes économistes,  sociologues et spécialistes des zones rurales.

Peut-être ce qui a déclenché l'intérêt de ces femmes, de ces milliers de femmes à travers le pays, c'est que j'ai dit que j'espérais que, au moins dans un scénario où les femmes sont présentes, il y aura des opportunités pour les femmes en milieu rural et de l'Amazone, qui appartiennent à des secteurs totalement marginalisés et négligé. Et puis, je ne sais pas, cela a créé une étincelle, parce que j'avais dit que ceux au pouvoir ont tourné le dos sur les zones rurales et Amazon. Ensuite, les femmes ont commencé à m'embrasser et me dire: «Nous allons vous aider, nous vous soutiendrons" Et donc quand le choix a été fait, j'ai rassemblé le plus de voix pour un chef de file national. J'ai donc quitté la paroisse rurale pour devenir un chef de file national du Bureau de la Coordinatrice Politiques des Femmes Équatoriennes.

En 1996, j'ai été invitée à rejoindre le groupe qui représentait l'Equateur à la première réunion pour les femmes rurales latino-américaines des Caraïbes. Je crois que les années 1990 ont marqué ma vie, à travers de la lutte pour la communauté rurale et les femmes rurales.

Mais quelque chose de curieux à propos de ce que m'a amené à la politique, c'est que je détestais le mot politique. Et je le détestais parce qu'à l'époque de la guerre avec le Pérou, nous, les paysans, avait vécu sous une persécution terrible. L'inflation avait augmenté de 130%, et à cause de cela que j'e disait que c'était nos politiciens qui nous avait fait faillite. Toutefois, dans le bureau de la Coordinatrice Politique, ils m’ont fait comprendre que la politique n'est pas mauvaise, ce qu’était mauvais était ce que les politiciens faisaient et c’était leurs actions qui blessaient le public. Donc, avec cela, ils changeaient la façon dont je voyais les choses et, plus tard, je commençais à plus m'impliquer.

En 2000, les gouvernements décentralisés autonomes paroissiales sont nés, depuis que la version de 1998 de la Constitution de l'Équateur les a reconnus dans la catégorie du gouvernement. Nous étions 785 paroisses et j'ai été élue au conseil de la paroisse avec le plus de voix dans ma région. Cela m'a permis d'être le président de ce mini-gouvernement local qui a été né autonome, sans un sou, bien sûr, et avec aucune loi ou réglementation. Nous avons dû lutter très dur, travailler dur pendant 21 mois, à construire à partir de zéro les institutions des conseils paroissiaux. Et même si c’été créée par la Constitution et la loi, sans argent, c’était comme attacher tous les racines ensemble depuis le début et je m'impliquais dans quelque chose dont je ne pouvais plus sortir, parce que chaque jour je devenais plus affamé pour l’action, pour être en mesure de faire quelque chose pour le secteur rural et ses femmes.

Juste après, j'ai fondé l'Association des Conseils Ruraux de Pastaza, avec les 17 paroisses rurales de la province. J'ai été l'une des cinq personnes qui ont combattues au niveau national pour obtenir la loi et les règlements, ainsi que les accords ministériels pour jeter les bases de ce que sont aujourd'hui les gouvernements paroissiales.

Pour moi, cette phase de 1990 à 2005 a été la meilleure université, parce que je devais apprendre à me développer dans ce domaine. J'ai aussi appris à me développer en passant du secteur privé au secteur public, et de comprendre que un centime de l'argent du secteur public, et c'était vraiment un centime parfois, devrait être traité avec une conscience et responsabilité beaucoup plus élevé, et nous devions être transparent à ce sujet. Non parce que nous n'avions pas été dans le passé, mais parce que c'était une question de légalité, comme l'exigent les normes et réglementations de chaque pays.

A la fin de la structuration des conseils paroissiaux, en Juin 2005, j'ai remis mon mandat et j’ai proposé l’établissement d’une organisation participative horizontale au sein du Conseil National des Conseils des Paroissiaux Rurales de l'Equateur (CONAJUPARE), maintenant appelé CONAGOPARE. Les conseils, des 785 que nous avons commencés, sont maintenant plus de 800. Chaque province a fourni un membre pour siéger au Conseil National et le Secrétariat Exécutif, et ce fut à partir de ce Secrétariat Exécutif que nous avons eu le plus haut niveau de représentation paroisse. Donc, il était une organisation complètement différente et horizontale, et je suis heureuse d'avoir formé cette fondation, car elle permet aux populations rurales de sortir leurs jambes de la boue et apprendre à se placer à tous les niveaux afin de discuter, analyser, proposer et débattre, parce que, jusqu'en 2000, en tant que secteur rural, nous nous considérions absolument comme des spectateurs et non comme des acteurs de la politique.

iKNOW Politics: À votre avis, quels sont les trois principaux défis auxquels font face les femmes rurales à entrer en politique et quelles stratégies pour les surmonter?

Depuis 2005, quand j'ai fondé l'Association des Femmes Rurales des Conseils Paroissiaux, nous avons travaillés avec les écoles de formation avec un désir de réparer les années d'exclusion dans laquelle nous, les femmes rurales n'avaient pas de voix. Donc, je pense que la première chose est de se battre pour que les politiques publiques comprennent des plans et des programmes pour la formation des femmes qui n'ont pas pu aller à l'école – moi-même, j'ai dû faire mes cours dans le chemin ; si j'ai le temps, je vous raconterai. Je pense que les politiques publiques doivent veiller à ce qu’on investit non seulement dans le ciment et les travaux d’infrastructures, mais aussi investir dans la formation du capital humain d'en bas, depuis les communautés.

Un peuple formé, éduqué, produira des femmes avec  un potentiel de connaissances, qui pourront être beaucoup plus ciblée dans toutes les actions effectuées à tous niveaux, afin d'améliorer la qualité de vie non seulement pour eux mais pour leurs familles, leurs communautés,  la société en général. N'ayant pas terminé leurs études secondaires, vous devriez trouver des écoles de formation qui permettent aux femmes d’acquérir des nouveaux outils, les capacités individuelles et de groupe que vous permettent à vous organiser, d'agir d'une manière beaucoup plus efficace. Et puis l'autre chose à réaliser avec ces formations est que les femmes perdent leur peur et apprendre à s'impliquer dans la prise de décision. Si nous, les femmes, commençons à donner notre propre jugement, la balance actuelle commencera à s’incliner différemment.

Espérons que les dirigeants, hommes et femmes, de la plupart de nos pays latino-américains, et je le dis respectueusement, aient la force de conviction d’investir dans le capitale humain, en particulier dans les femmes comme la fondation de la famille. Cela ne doit pas être vu comme un fardeau mais comme un investissement, comme le meilleur investissement. Je pense que quand les dirigeants commenceront à voir et à comprendre cela, beaucoup de choses iront changer et nous, les femmes éduqués,  pourrons devenir le facteur contribuant au développement global de tous et de chacun. Mais je pense que ça va prendre encore longtemps.

Je sais pas comment mais les femmes ont inondé les salles de formation lorsque nous avons formé des femmes de différents âges, des plus jeunes aux plus âgés, indépendamment de la couleur de leur peau. Et ça c’est une autre question, nous devrions commencer à créer des espaces distincts, non ségrégés, pour partager les différentes réalités, différentes formes de discrimination que nous avons vécues. Parce qu'il y a des éléments communs qui unissent les femmes qui ne pouvaient pas aller à l'école ou l'université, parce que nous n'avions pas de place parce que dans la communauté seuls les hommes décident et les femmes sont forcés à vivre que pour la famille et le travail de communauté. Donc, je pense que quand cette ségrégation sera brisée il y aura une place pour une vraie démocratie, beaucoup plus juste et équilibrée.

iKNOW Politics : Quant à ce que vous dites, il y a des nombreuses études qui montrent que les femmes luttent effectivement pour entrer en politique, mais qu’une fois qu’elles y sont – si elles ont une position élue - n'essayent pas de se faire réélues. Autrement dit, il semble que les femmes qu’accèdent à des postes politiques ne restent pas dans la politique. Quelle est votre expérience avec ça?

Tout d'abord, je pense que rien n’arrive facilement. Chaque conquête a été le produit d’un grand effort. Nous nous sommes battues, à travers l'histoire, afin de construire des espaces dans lesquels les femmes peuvent accéder. Tel est le cas que dans la Constitution Équatorienne de 1998, est recueilli, pour la première fois, le mot femme, parce que jusque-là l'homme était le citoyen équatorien et le mot femme était exclu. La Constitution incluait la participation politique des femmes, mais jamais en pratique. On a dû lutter pour son inclusion et, en 2000, on a finalement obtenu la loi sur les quotas, et avec cette loi, on est en train d'atteindre 30% de participation des femmes et ça croîtra jusqu’à qu’on atteindre 50%. Mais après qu'est-ce que les hommes politiciens ont fait? Par exemple, si un conseil comptait 15 places, ils mettaient des hommes dans le top 10 et les femmes en dernier comme emballés ou suppléants. Cela a été une autre réalité contre laquelle nous devons nous battre.

Peut-être que les femmes ne cherchent pas à se faire réélire et que, sans doute, ça à voir avec le système qui a historiquement dominé. Selon la Constitution de 2008, nous avons maintenant la parité, et en effet il y maintenant 35% de femmes qui participent à Montecristi [siège de l'Assemblée constituante de l'Equateur] pour construire l'actuelle Constitution. Ensuite, la Constitution exige déjà que toutes les listes soient équilibrées, avec la présence des hommes et des femmes, même si ce n’est pas le cas actuel pour toutes les listes. Parce que, par exemple, dans la paroisse rurale, ou on choisit 5 membres et 5 suppléants, il arrive que dans 98% des cas les listes sont dirigés par des hommes. Ainsi, qu’on trouve la composition ‘homme, femme, homme, femme, homme’, ce que veut dire qu’il y a une prévalence des hommes car les hommes sont presque toujours en tête de liste. Ainsi, les hommes sont plus présents.

Certaines femmes, qui ont été à la tête de leur liste, n'ont pas réussi à atteindre les municipalités, tant comme maires, conseillers municipaux ou même comme membre des paroisses. Mais la pression est si forte dans l'exercice du gouvernement que nous avons vu des collègues de sexe féminin pleurer, en disant: «Je ne peux plus le supporter, je ne peux pas le prendre plus." Pourquoi? Parce que les femmes qui ont été victimes de violence physique, psychologique et économique sont aujourd'hui victimes de la violence politique. Ne me laissez pas mentir et je suppose que ça a dû être publié, mais je pense que il y a trois mois une conseiller de la Bolivie a été tué, après avoir été frappé et chassé.

Beaucoup, beaucoup de femmes ont été victimes de leur famille, leur partenaire ou du groupe dans lequel elles gouvernent. Et ça fait peur aux femmes, qui, historiquement, n’ont  pas été habitués à prendre des décisions, à prendre le pouvoir. Malheureusement, d'un autre côté, nous nous sentons liés aux racines historiques d’être né pour s’occuper de la maison. Donc, il faut continuer à travailler pour l'autonomisation des femmes, pour qu’elles ne se sentent pas seules mais qui savent qu'il y a des groupes de la société civile qui les soutiennent. Les femmes, qui travaillent dans les organisations, doivent travailler à l'autonomisation des femmes qui veulent appartenir au gouvernement; ceux qui travaillent dans la société civile, les ONG, doivent soutenir les femmes qui sont dans la prise des décisions.

Et les femmes qui sont au pouvoir maintenant ne peuvent pas oublier qu'elles ne sont pas y arrivées par eux-mêmes, mais qu’il y a eu tout une bataille derrière qui a construit une route, une histoire, qui leur a permis accéder au pouvoir. Car parfois on voit des femmes au pouvoir qui ne font absolument rien pour le processus d’autonomisation des femmes. Donc, vous ne pouvez pas dire que chaque femme représente les femmes, il y a des femmes qui peuvent représenter plus les hommes que les femmes, ou qui, pour se sentir à l'aise ou pas discriminé, optent à rejoindre le général et ne s’engagent pas dans la consolidation des espaces pour les femmes. Puis, il y a un certain nombre de situations que doivent être plus examinées, mais je pense que dans les gouvernements paroissiales, ou les gouvernements en général, la plus bas le statut de la femme, le plus difficile sa vie sera.

Mon arrivé au conseil paroisse été moyen en longueur. Quelqu'un m'a dit un jour: «Mais vous, avec votre profil, pourquoi le faire?". J'ai dit que, en effet, ce travail a donné de la dignité et l’autonomie aux conseils paroissiaux, avec ou sans argent. Mais ça a pris beaucoup d’efforts personnels. Depuis près de 21 mois, j'ai dû gouverner depuis le couloir de ma maison, et j'ai une maison très modeste. Et puis, par les amis et les partenaires stratégiques qui j’avais acquis au long du chemin, j'ai commencé à regarder pour des projets à réaliser dans ma paroisse rurale.

Les efforts déployés pour assurer la durabilité du processus de l'intégration des femmes dans la vie politique n'ont pas été suffisants. Il est nécessaire de se concentrer d'abord sur l'esprit des femmes, et sensibiliser les femmes qu'il y a un besoin de lutter, de consolider et de renforcer les possibilités que nous avons et en créer des nouveaux; que c'est pour cela que nous prenons des risques, même à l'point d'être tué par les mains de ceux qui croient que le pouvoir leur revient seul.

iKNOW Politics : Quels partenariats ont joué un rôle dans votre carrière politique? Étaient-ils importants? Je pose cette question du contexte d’iKNOW Politics, un réseau de réseaux qui vise à renforcer les alliances entre les femmes en politique. Par ailleurs, malgré les difficultés qui se posent dans les zones rurales, avez-vous été en mesure d'utiliser les nouvelles technologies de la communication (TIC), en particulier l'Internet?

Premièrement, je crois que les partenariats stratégiques sont essentiels. Évidemment, vous devez savoir avec qui vous allier, qui est engagé à la cause des femmes rurales, sans impositions, mais plutôt par respect pour leur culture, leurs coutumes et leurs traditions. Je pense que nous devons agir à bon escient pour renforcer le capital humain des femmes. Je pense que, heureusement, jusqu'à présent je n'ai pas eu tort. J'ai dû compter sur des précieuses alliances stratégiques afin de faire ce que j'avais à faire. Cependant, je ne suis pas pleinement satisfaite, je pense que beaucoup doit encore être fait. J'ai été en mesure de me battre pour les paysans, les femmes et en particulier les femmes rurales. Cette expérience m'a laissé très satisfaite, mais parfois je me sens impuissante, car je n'ai pas toujours le pouvoir d'aider les femmes dans les zones rurales.

Parlant des femmes rurales et des TIC, je veux parler de la Troisième Réunion des Femmes Rurales en Amérique Latine et dans les Caraïbes, qui s'est tenue en Equateur 5-9 Mars 2012, à laquelle j'ai participé en tant que coordinatrice. La Première Réunion des Femmes Rurales a eu lieu à Fortaleza, au Brésil, en 1996, la deuxième à Tlaxcala, au Mexique, en 2005, et maintenant l'Equateur a été choisi comme lieu de réunion. Lors de cette réunion, en ce qui concerne les TIC, les femmes - pour ne pas parler sur le plan personnel - ont conclu qu'il existe des lacunes notables, le manque d’éducation et le manque d'accès dans les zones rurales. Pourquoi? Parce que l'analphabétisme total ou partiel est concentré dans les zones rurales de nos pays latino-américains.

Certaines des femmes ont dit, s’il y a internet mais pas d'électricité, qu’est ce qu’on fait? Et en supposant que nous avons internet et de l'électricité, mais pas d'accès à un ordinateur? Et si nous avons tous les trois - électricité, internet et un ordinateur - mais nous n'avons pas les connaissances nécessaires, qu’est ce qu’on fait? Comment peut-on accéder à la connaissance, si beaucoup d'entre nous sont analphabètes? Par conséquent, pour cette raison même, il y a beaucoup de travail à faire dans les zones rurales, afin de donner aux femmes des possibilités et des connaissances qui nous permettront de perdre notre peur d'agir.

Et sur ce point, je peux parler de moi-même. Pendant mon enfance, quand j'avais 10, 12 ans - maintenant j’ai 63 ans - il n'était pas obligatoire, en Equateur, pour les filles rurales de terminer leurs études primaires. J’ai dû terminer les deux dernières années de l'école primaire - cinquième et sixième année – après que j'avais 20 ans, après avoir enfui loin de la maison à 14 ans pour éviter d'être forcée d'épouser quelqu'un que je ne voulais pas. Avant cela, je devais aller travailler et soutenir la famille parce que j'étais l'aîné de neuf enfants. Et plus tard, juste après le mariage, à l'âge de 35 ans, j'ai pu commencer ma formation au niveau secondaire, afin d'être en mesure de dire que j'ai obtenu mon diplôme d'études secondaires. Je voulais que mes enfants soient et aient ce que je ne pouvais pas parce que les bourses disponibles pour l'éducation de nos enfants étaient dans les mains des chefs de gouvernement et n'été jamais données aux couches inférieures de la société. Par conséquent, nous avons dû se battre beaucoup pour que nos enfants aient des meilleures opportunités.

En 2003, afin de poursuivre mes études, je me suis inscrit à un programme de premier cycle. Et, autour de 2006, j'ai dû commencer à perdre ma peur de la technologie et j'ai dû acheter un ordinateur pour commencer à préparer ma thèse de diplôme. J’écrivais, peut-être, une heure par jour tout en suivant des cours et des séances de tutorat afin d'obtenir mon diplôme.

Les mains des populations rurales sont beaucoup plus épaisses que les mains des habitants de la ville, parce que nous travaillons avec les outils du champ, parce que nous nous occupons d'une machette, une houe et les outils pour prendre soin des animaux. Nous avons des mains beaucoup plus maladroites et manquons la souplesse que les femmes ou les habitants de la ville peuvent avoir. Ce sont des choses qui nous marquent; nous ne vivons pas la même réalité, non.

Donc, de ce fait, je suis maintenant convaincu que nous devons défendre ce que nous appartient. Nous devons plaider pour que les personnes au pouvoir, les hommes et les femmes, étudient les possibilités de développement dans les zones rurales, et non comme un fardeau, mais comme le meilleur investissement. Les agences internationales ont également besoin de continuer à offrir des possibilités pour les femmes rurales comme moyen de compensation pour les années d'exclusion souffert, afin que nous puissions continuer à vivre ici, dans la dignité, et que nous pouvons motiver nos enfants à rester dans les zones rurales, mais avec des conditions beaucoup plus favorables, où on peut accéder à l'information et aux médias.

J'ai, moi-même, eu internet à la maison il y a un an. Par l’éducation virtuelle, afin de poursuivre mes études après l'obtention du diplôme, j'ai dû sortir et louer un ordinateur dans un cybercafé de la ville. Et quand ils prévoyaient des cours à 7 heures du matin, personne ne m’ouvrait le cybercafé à ce moment-là, ou quand je devais remettre des devoirs à 11:30 le soir personne ne me louait un ordinateur en ce moment non plus. Alors parfois, je devais compter sur des amis qui avaient des maisons dans la ville de me laisser accéder à l'Internet; ils étaient des alliés essentiels qui m'ont permis de relever ce défi dans mes études. Je suis tout à fait convaincue que seule l’éducation nous rend libres et seulement en apprenant que nous pouvons aider les autres. Comme personne ne fait rien pour nous, j'ai dû comprendre que je devais me construire première, me mettre en valeur, m'aimer et me fortifier, non pas par égoïsme, mais comme un outil pour aider les femmes.

En Équateur, nous avons mené des activités de formation - aussi avec le soutien de l'Institut pour la Communication et le Développement (ICD) de la Hollande, qui travaille dur sur la question des TIC - où nous avons conduit des femmes à entrer dans des universités - par exemple, l'Université Salésienne, l'une de nos partenaires stratégiques - et nous les avons assis devant un ordinateur. Au début, elles ont commencé à paniquer, mais plus tard elles diraient «Maintenant, nous ne pouvons pas nous détacher de l'ordinateur, maintenant nous voulons apprendre, nous avons nos propres ailes pour voler."

Donc, c'est juste une question de générer ces types d'occasions. Les femmes commencent à se sentir beaucoup plus encouragés quand elles découvrent qu'elles ont tant de capacités et potentiels. Elles sont même rentrées à la maison pour encourager et motiver leurs filles, afin de les aider à faire leurs devoirs et de les accompagner dans ce qu'elles font. Je crois que la coopération internationale, les ONG, les agences et les gouvernements doivent reconnaître que planter une graine dans les femmes rurales, comme je le dit, est de planter dans un sol fertile. Parce que ce n'est pas que nous n'avons pas le cerveau, c'est les opportunités dont nous avons besoin, mais manquent.

iKNOW Politics : Pour terminer cette interview intéressante, que diriez-vous à ces jeunes femmes dans les zones rurales qui sont attirés par la politique et que veulent faire un changement, mais qui pensent que c'est un monde très difficile dans lequel c’est impossible de s’imaginer agir?

Les jeunes femmes ont des grands avantages. Elles ont leur vie devant eux. Elles ont des meilleures conditions. Maintenant il y a des nombreuses façons de s’éduquer, des nombreuses possibilités dans les écoles, les universités. Elles doivent être invincibles, elles doivent conserver leur vie et ne laissez personne la prendre d'eux parce que leurs vies sont d’eux-mêmes, leurs corps d’eux-mêmes, leur talent leur propre, leurs décisions sont les leurs et elles doivent être prêts à tenir leur propre terrain contre toute attente.

Ce n'est pas grave de se cogner contre les murs, il n’y a pas d'importance si nous arrachons la peau de nos mains ou nos pieds, au sens figurative. Vous devez endurer tout cela afin de devenir des véritables actrices, de devenir des actrices pertinentes dans nos communautés. Nous devons avoir notre propre voix, pour construire à partir de nos expériences que nous voulons incorporer dans les politiques publiques et de comprendre que, vraiment, rien n'est impossible. Pour moi, rien n'est impossible. Le vouloir est le pouvoir, et si je veux, je peux. Et elles ne devraient pas laisser à demain ce qu'elles peuvent faire maintenant, parce que cela va leur permettre d'aller plus loin. Nous ne savons pas si nous serons en vie demain, mais ce que nous faisons maintenant est important.

 

 

Share this article with your social networks: