Yury Fedotov

Entretiens

 Précédent1
octobre 9, 2017

Yury Fedotov

Yury Fedotov, Directeur général de l’Office des Nations Unies à Vienne et directeur exécutif de l’ONUDC

Le Directeur général de l’Office des Nations Unies à Vienne et directeur exécutif de l’ONUDC, Yury Fedotov, a récemment participé à notre discussion en ligne visant à engager les champions masculins pour soutenir la participation politique des femmes

1. Comment expliquez-vous le faible taux de représentation des femmes aux postes de haut niveau des organisations intergouvernementales ?

C'est un problème complexe et systémique, de nombreux facteurs y contribuent. Il est vrai qu'il y a en général moins de femmes candidates aux fonctions de direction, ce qui par la suite diminue la possibilité qu'une femme soit promue ou sélectionnée, mais je pense qu'il est important de reconnaître que le problème commence bien plus tôt. Nous devons nous attaquer aux racines du problème.

Nous devons investir davantage en matière de conscientisation et de coaching pour soutenir les femmes afin qu'elles candidatent et qu'elles réussissent les processus d'évaluation. De nombreuses positions de direction dans nos organisations impliquent des lieux d'affectation difficiles ou de nombreux déplacements, nous devons donc également accentuer nos efforts pour soutenir et permettre la mise en place de régimes de travail flexibles, et fournir l'opportunité à tout le personnel de trouver un meilleur équilibre entre leur vie privée et leurs obligations professionnelles.

2. Comment les hommes, en tant que dirigeants, peuvent-ils prendre des mesures significatives pour encourager une augmentation du taux de représentation des femmes dans les organes décisionnels ?

Les hommes exerçant des fonctions de direction devraient assumer une responsabilité exécutive pour s'assurer que la culture organisationnelle soit propice à la promotion de la condition féminine. Cela peut inclure d'examiner les "systèmes" formels et informels et les cultures organisationnelles dont le résultat final est de favoriser les hommes lorsqu'il s'agit de la représentation dans les organes décisionnels.

Au siège de l'ONU à Vienne et à l'ONUDC nous développons actuellement une stratégie et un plan d'action pour l'égalité des genres pour s'assurer que nos équipes de direction mettent en place de tels examens et font suivre leur engagement avec des actions.

3. Quelles stratégies et approches se sont avérées fructueuses pour impliquer les champions masculins afin de contrecarrer les inégalités de genre dont souffrent les femmes dans les organes décisionnels ?

Des initiatives tels que les International Gender Champions (Champions internationaux du genre) ont été déterminantes pour mobiliser les dirigeants des organisations internationales, des Missions Permanentes et de la société civile et les pousser à s'engager à briser les barrières de genre. À Vienne, nous avons rejoint les International Gender Champions en Juin lors d'une cérémonie largement divulguée. Au-delà de nos engagements concrets pour faire avancer l'égalité de genre, il est aussi important d'utiliser de telles initiatives pour susciter une prise de conscience.

4. Quels défis potentiels rencontrent les champions masculins en devenant des soutiens actifs et expressifs de l'émancipation des femmes ?

Un défi important auquel nous devons tous répondre est peut-être le manque de compréhension sur ce que signifie l'émancipation des femmes ou la parité hommes-femmes. C'est pour cela qu'il est important de susciter une prise de conscience.

Être un défenseur significatif de l'émancipation des femmes requiert également de mieux comprendre les défis que rencontrent les femmes. Collecter des données ventilées et des statistiques de genre est par conséquent essentiel si nous voulons comprendre les conditions, les besoins, et les contributions des hommes et des femmes et répondre aux inégalités.

5. Qu'est-ce qui peut être fait pour catalyser et encourager plus de champions masculins en faveur de l'émancipation des femmes ?

Les champions masculins peuvent utiliser leur position et leurs voies pour réclamer des changements, et pour prendre et communiquer des mesures concrètes à l'intérieur des organisations pour répondre aux inégalités là où elles se trouvent. Par exemple, dans le cadre de notre engagement aux International Gender Champions, nous avons signé la Promesse de parité dans les panels (Panel Parity Pledge) pour assurer un équilibre des genres dans les panels de conférences.

Pour mon engagement personnel, je choisis de souligner l'importance de faire avancer l'égalité des genres à la fois à l'intérieur de l'organisation et dans notre travail. Je me suis engagé à faire prendre conscience de l'existence de programmes promouvant l'émancipation des femmes lors de visites de pays, et à encourager des régimes de travail flexibles au siège de l'ONU à Vienne et à l'ONUDC pour continuer de promouvoir une culture organisationnelle inclusive.

Ces engagements concrets et mesurables peuvent aider à montrer comment nous pouvons tous apporter notre contribution pour faire avancer l'égalité des genres, et de cette manière encourager plus de champions masculins à intensifier leurs efforts.

Note: Cette interview a été incluse en tant que contribution à la discussion en ligne visant à engager les champions masculins pour soutenir la participation politique des femmes co-organisée avec International Gender Champions.

 

 

Focus areas: