Sommaire de la discussion en ligne sur les défis pour les femmes en politique: le ‘plafond de verre’ – les stéréotypes en matière d’attributions des taches et responsabilités professionnels

Sommaires de discussion

 Précédent
octobre 2, 2013

Sommaire de la discussion en ligne sur les défis pour les femmes en politique: le ‘plafond de verre’ – les stéréotypes en matière d’attributions des taches et responsabilités professionnels

iKNOW Politics a organisé une discussion en ligne sur les stéréotypes en matière d’attribution des taches et responsabilités professionnels. La discussion s’est poursuivie pendant une période de 3 semaines et a reçu des contributions de 13 membres de différents pays provenant de l’Argentine, Bolivie, Chili, Ethiopie, Kenya, Mexico, Nouvelles Zélande, Nigeria et Pérou. Cette discussion s’est tenue du 9 au 27 septembre2013.

MESSAGE DE LANCEMENT : «Les principes pour parlements sensibles au genre pourront être promus si les femmes occupent des fonctions élevées dans la hiérarchie du Parlement et dans son administration, car elles seront alors en mesure d’influer sur les orientations stratégiques, de modifier les procédures et pratiques parlementaires et pourront en outre servir d'exemple à d’autres femmes et apporter un point de vue nouveau dans les débats» - Plan d'Action pour les Parlements Sensibles au Genre, UIP, 2013. Partout, les femmes brisent le plafond de verre en politique, mais leurs voix restent encore ignorées et leurs contributions sont trop souvent mises à l'écart. Dans de nombreux endroits, les femmes sont encore considérées comme incapables d'assumer la responsabilité dans ce qui est perçu comme des domaines orientées vers les hommes, comme les finances, l'énergie, le développement économique, le changement climatique, les affaires étrangères, la défense, le commerce et les infrastructures. C'est souvent le cas dans les parlements où les femmes sont alloués que les comités de matières ‘féminin’ ou sont poussés à l'écart des autres comités en raison de leur sexe. Non seulement les parlements mais tous les paliers du gouvernement doivent adopter de mesures volontaristes et modifier le règlement intérieur de sorte qu’à qualifications égales, la priorité soit donnée aux femmes pour l’attribution des fonctions pour les postes décisionnels (notamment les postes ministériels, les présidences de commission et les fonctions de direction du Bureau) ou à ce que la répartition des fonctions d’encadrement soit en adéquation avec la représentation des femmes au sein du gouvernement.

Selon le Plan d'Action de l'UIP pour des Parlements Sensibles au Genre, les parlements doivent inciter à une répartition proportionnelle et équitable des femmes dans toutes les commissions et pas uniquement dans les commissions traitant des femmes, de l’enfance, de l’égalité des sexes, de la famille, de la santé et de l’éducation.

Q1: Doivent les comités parlementaires et les ministères être équilibré entre les sexes (même au point de nommer un homme et une femme a la présidence de chaque comité) ? Ou croyez- vous que cela augmenterait l'animosité des hommes vers la participation des femmes ? Comment solutionnez-vous cela?

Q2: Pensez-vous que des mesures spéciales sont nécessaires pour changer le rôle participatif et décisionnel des femmes au sein des parlements et des ministères ?

Q3: Est-ce que votre pays a telles mesures en place ? Si oui, ont-elles prouvé effectives ?

L’équipe d'iKNOW Politics a préparé un bref résumé des données spécifiques à chaque pays et des informations extraites de la discussion en ligne qui a eu lieu sur les 4 plates-formes linguistiques. La discussion complète peut être consultée en arabe, anglais, français et espagnol.

Argentine

En Argentine, la représentation des femmes au pouvoir législative est la plus élevée en Amérique latine, elle est conforme à la norme déterminée. Cependant, la somme des femmes ne signifie pas nécessairement qu'elles combattent et / ou parviennent à intégrer un programme du genre aux politiques à long terme. En attendant encore est la démocratisation des partis politiques, en particulier dans les provinces de l'intérieur du pays où il est clair que les politiques d'égalité d’opportunités sont affaiblis.

Bolivie

En Bolivie, la parité est établie à 50 % à tous les niveaux : local, régional et national. Il y a des femmes présidentes dans les deux chambres législatives ainsi que quelques femmes ministres au sein du gouvernement. Mais la société est toujours sexiste, car il n'y a pas de parité dans la vie réelle et de nombreuses femmes doivent travailler dans l'ombre des hommes si elles veulent continuer à travailler en politique. Le manque d'éducation politique, la corruption et le manque d'accès au financement pour les campagnes sont autant de facteurs qui empêchent les femmes de participer plus à la vie politique . Le problème n'est pas le manque des mesures d'action positive en Bolivie depuis qu’on les a. Ce que nous avons besoin c’est de l'autonomisation économique des femmes de sorte a qu’elles puissent vraiment obtenir des postes de décision. Une fois que ces écueils accomplis, les femmes auront une chance réelle d'accéder à ces positions et de prendre part dans la direction du pays .

Chili

Malgré le fait que le Chili a eu une femme présidente - Michelle Bachelet, qui est maintenant candidate à l’élection présidentielle de 2013 et a contribué à des changements culturels dans la société à l'égard des questions de genre - les femmes ont encore peu d’accès à des postes de responsabilité en raison d'une culture qui confine les femmes à leur espace privé, comme la maison, et les partis politiques compromettent la possibilité des femmes à se présenter en élection. Les femmes souffrent aussi souvent d'un manque de soutien financier pour se lancer en campagne. Il est estimé que les candidats doivent être élus en fonction de leurs capacités et les femmes devraient être encouragés, motivés, soutenues et habilitée à devenir des représentantes et à occuper des postes politiques. Les médias ont un rôle important à cet égard. Les femmes sont sous-représentées dans les médias et, par conséquent, les journalistes devraient collaborer et améliorer la visibilité politique des femmes. La situation des femmes politiques au Chili est semblable à celle de toute l'Amérique latine .

Ethiopie

Lorsque les chefs de parti (surtout des hommes) ou le gouvernement (aussi des hommes), imposent des politiques d'actions positives visant à accroître la participation des femmes, ils l'attente de la loyauté et le respect des règles du parti. Les femmes à franc-parler sont souvent cooptées et réduits au silence. Dans cette situation les mesures d’action positive travaillent contre les femmes et créent de l’humilité et du mutisme dans les femmes. La plupart des femmes sont entrés en politique à cause de mesures d’action positive du gouvernement et beaucoup sont loyalistes politiques et appartiennent au parti au pouvoir. Elles sont entrés en politique pour ne pas tanguer le bateau, mais pour leur carrière. On attend que beaucoup de ces femmes représentent les femmes du pays à tous les niveaux à l'étranger. Cependant, la majorité d'entre elles n'ont aucune idée de ce que sont les questions de genre à cause de manque de formation et d'éducation dans le domaine. Etre une femme est souvent considérée comme suffisant pour représenter les intérêts des femmes dans le pays avec des résultats désastreux. La situation actuelle est représenté par la monopolisation du genre et de l'agenda des droits des femmes par le Ministère des femmes du parti au pouvoir (après avoir taire et réprimer sévèrement tout activisme de la société civile dans le domaine). Le parti au pouvoir (EPRDF - TPLF) a essayé de mettre en œuvre les recommandations de la CEDAW et d'autres instruments internationaux et régionaux et d’adopter des mesures d'action positive. En réalité, ce n'est qu'une façade pour la communauté internationale. Ces formes de mesures d'action positive sont utilisées uniquement pour le spectacle et le manque de durabilité. Lorsque le parti au pouvoir sortira, avec sortiront les femmes et leurs positions. Les partis d'opposition dans le pays, malheureusement, n'ont pas entrepris des mesures positives pour amener les femmes à bord ou même penser à un programme du genre dans leurs programmes électoraux. Afin de faire des progrès, le rôle et l'activisme des organisations féminines de la société civile est crucial. Elles peuvent avancer de fortes femmes leaders de la société civile pour entrer en politique et de les y maintenir par la consultation en continu, de mentorat, de soutien et de la formation. Cela permettra non seulement rendre ces femmes politiques plus affirmée et franc-parler, mais aussi d'accroître leur capacité de connaissance politique et contribuer à la viabilité des femmes en politique .

Kenya

La Constitution actuelle stipule que dans toutes les nominations, pas plus des deux tiers des personnes nommées peuvent être du même sexe (note du même genre). Mais un plafond de un tiers a été fixé pour les femmes. Le cabinet de dix-huit secrétaires par exemple, n’a que six femmes. La Cour suprême de sept membres n’a que deux femmes et c'est le même scénario à tous les niveaux de nominations gouvernementales et politiques. Nous voyons un grand effort de garder les femmes à un tiers, du niveau national au niveau du comté. Un gouverneur du comté a fait l'inverse en nommant un cabinet qui avait en majorité des femmes et il a été menacé de destitution par les membres des assemblées de comté. Présidence de commissions parlementaires au Kenya n'est pas équilibrée entre les sexes. La plupart des commissions constitutionnelles sont présidés par des hommes. La même chose vaut pour les commissions parlementaires, certains ayant un président et un vice-président qui sont des hommes. C’est le cas d’un plafond qui a été fixé à laisser entendre que la présidence est que pour les hommes. Ce genre de stéréotype entrave la lutte des femmes pour l'égalité des sexes. Le contributeur du Kenya estime que l’équilibre entre les sexes ne créerait toute sorte d'animosité envers les femmes si elle est appliquée unilatéralement par tous les ministères et parlements. Ce serait donner aux femmes la force et le pouvoir de se battre pour leurs droits et, éventuellement, les hommes apprendront à vivre avec la réalité de l'équilibre entre les sexes. Le genre d'animosité que nous voyons maintenant, c'est parce qu'aucun pays a la volonté politique de pratiquer l'équilibre des sexes dans les affectations de portefeuille. Bien que les mesures d'action positive puissent changer la participation des femmes et le rôle de leadership au sein du parlement et des ministères, les croyances culturelles restent un grand obstacle. Au Kenya, il y a 42 communautés différentes. Certaines de ces communautés croient encore que la place d'une femme est dans la cuisine. Les femmes sont aussi enchâssées dans ces croyances si bien qu'elles ne puissent pas sortir pour être comptés et pour concourir pour les différentes opportunités politiques. L'introduction obligatoire de la représentante des femmes du comté au Parlement a fait que certains de ces communautés aient maintenant une femme au Parlement. Alors que l'action positive et les politiques sont importantes, les femmes ne devraient pas attendre passivement que le gouvernement les apporte des changements, mais plutôt sortir et les chercher elles-mêmes .

Mexique

Il y a une augmentation visible de la participation politique des femmes au Mexique. Un grand nombre de femmes manifestent un intérêt à se présenter aux élections et cherchent les moyens de le faire. En outre, il y a eu des changements majeurs dans les procédures électorales, telles que les quotas. Cependant, alors que la présence des femmes a augmenté, les femmes parlementaires ne font pas partie des commissions d'intérêt stratégique au sein des parlements, tels que de l'économie, du budget, de la technologie, de la sécurité nationale, de la politique étrangère, etc. La même chose s'applique aux ministères, où trois ou quatre femmes font partie du gouvernement, mais dans des domaines non stratégiques. Seulement trois ou quatre femmes ont été nommées dans le cabinet actuel et sont responsables pour les domaines du développement social, du tourisme et de la santé. Jusqu'à aujourd'hui, il y a eu qu’une femme qui occupe une position stratégique au sein du secrétariat du gouvernement: Intérieur, du Trésor, de la Défense, de l'Economie, etc . Dans de nombreux cas, les femmes élues ne contribuent pas nécessairement à progresser la participation politique des femmes. Et tandis que les grands pourcentages de représentation des femmes sont souvent cités par les politiciens - hommes et femmes - la plupart ne parviennent pas à mentionner que ces femmes étaient employées à des niveaux très bas, jamais en position de leadership ou a fortiori dans des postes de responsabilité moyennes. Par exemple, dans le parlement de l'État de Guanajuato, au Mexique, il y a 36 députés en total, dont seulement 8 sont des femmes, alors que la loi stipule qu'il doit y avoir 40 % de femmes .

Nouvelle-Zélande

Au début des années 1980, un groupe de femmes du Parti travailliste a décidé qu'elles avaient besoin d'avoir une meilleure représentation au Parlement. Il y avait un décret à partir du niveau de la base que disait que chaque branche devrait avoir une femme membre du comité. Au sein du parti un deuxième niveau de la gouvernance a été créé pour faire de la politique pour femmes - des femmes, pour les femmes. La politique pour femmes a eu préséance sur toute autre politique sauf si elle entrait en conflit avec la politique générale. Une femme a été nommée présidente du Parti - pour le plus grand choc du parti politique dominée par les hommes. En outre, elle a réussi à recueillir les votes, même si elle vivait dans la partie la plus isolée de Nouvelle-Zélande. Beaucoup plus de femmes ont obtenu des sièges au Parlement dans les années qui ont suivi, principalement parce que nous nous estimions habilitée par les changements au niveau supérieur. Nouvelle-Zélande a même fini par avoir une femme Premier ministre - bien que d'un autre parti, et plus tard une femme gouverneur général, une ministre des Finances et une femme procureur général. Beaucoup de gens pensaient que nous avions brisé le plafond de verre. Mais ce n'est malheureusement pas le cas et à cet égard un certain nombre de recommandations peuvent être mis en avant, y compris ce qui suit: - Les femmes politiques doivent être prêts à prendre la haine et la colère qui accompagne un changement de pouvoir; - Célébrez le succès d'autres femmes; - Acquérir les techniques de négociation; - Développer des réseaux solides; - Avoir un fonds d'argent disponible pour soutenir les femmes dans leur campagne électorale. Cela est essentiel et il est peut-être quelque chose que les femmes des pays riches peuvent faire dans d'autres pays pour leurs camarades avec moins de ressources. Quelques centaines de dollars peuvent faire une énorme différence pour savoir si quelqu'un peut mettre son nom en avant et combattre un bon combat; - Apprendre aux femmes à faire de la politique. La politique est un puzzle d'éléments qui doivent s'assembler à un ensemble plus vaste. Savoir où vos idées s'inscrivent dans la gouvernance du pays est critique; - Acquérir des compétences de «gouvernance» .

Nigeria

Une représentation égale ne conduit pas nécessairement à une politique d’égalité au niveau du parlement / exécutif. En outre, ce n'est souvent pas possible. Le parlement nigérian, par exemple, est composé de 2 chambres – la Chambre de députes et le Sénat. Il existe environ 80 comités de la Chambre et 70 au Sénat. Pendant ce temps, il n'y a que 24 femmes sur 360 députés à la Chambre, et seulement 8 femmes sur les 109 sénateurs au Sénat. Il serait pratiquement impossible d'avoir une femme présider ou co-présider toutes ces comités. Le plus important est d’assurer la visibilité des femmes dans les structures de direction de toutes les branches du gouvernement (au Parlement ou l’exécutif), ainsi que leur inclusion dans des positions stratégiques qui leur permettraient de mettre en œuvre des initiatives qui feront les parlementaires, hommes et femmes, gardiens des principes d'égalité . Peu de femmes parlementaires obtiennent ce qu'elles demandent en termes de commissions parlementaires. Le facteur important est l'appartenance à un parti politique et le degré d'intérêt par d'autres dans le comité en particulier et le niveau de soutien à la direction du Sénat quand elles ont contesté pour leurs positions. La vraie discrimination se voit dans les discussions du Sénat où il y a des questions qui ont été considérés comme des «questions féminines» qui pratiquement chaque femme a été appelé à commenter, même si elle n'avait pas indiqué qu'elle voulait parler. Si le problème était considéré comme grave et «masculin» et une femelle soulevait sa main, elle était généralement ignorée. Avec si peu de femmes dans de nombreux parlements ce n’est pas sûre que les portefeuilles puissent être équilibrés en fonction du sexe . Au Nigeria, la société civile, les partenaires au développement et les commissions parlementaires sur les affaires des femmes ont créé l'Unité technique de genre qui est physiquement situé dans le complexe parlementaire. L'Unité Technique de genre a la responsabilité non seulement de renforcer les capacités des femmes parlementaires à accomplir leur tâche, mais de veiller à ce que la sensibilité au genre soit intégrée dans tous les processus législatifs. GTU fait tout ça en fournissant une formation individuel aux femmes parlementaires et avec le recrutement de champions du genre masculin qui sont des leaders d'opinion dans les deux chambres. D'autres voies sont des engagements avec les processus / structures législatives. Un bon exemple a été l'implication de l'unité dans la révision des règles/ règlement de la Chambre. L'Unité a soumis au comité d'examen de la nécessité d'avoir des règles de la Chambre qui peut assurer la parité dans la représentation des membres du comité. Bien que la recommandation n'a pas été prise par le comité d'examen, l'engagement a pavé le chemin pour les autres missions / activités de plaidoyer ( par exemple, la première visite de plaidoyer au président de la Chambre nouvellement élu avec une demande pour une plus grande visibilité des femmes dans les comités, entre autres choses ) qui a conduit à davantage de femmes étant donné des comités de choix comme des Affaires étrangères, de l'aviation ( pour n'en citer que quelques-uns). Par conséquent, les efforts de plaidoyer sont très critiques et surtout à des moments stratégiques lorsque des postes sont à partager ou nommés au sein de tout organe du gouvernement. Les femmes parlementaires doivent aussi veiller à ce qu'elles luttent pour des postes de direction législatives afin d'être parmi les 6 premiers à la Chambre / Sénat déjà existant. La femme qui a contesté pour la présidence de la Chambre (Hon. Mulikat Akande Adeola) est devenue la première femme à la tête de la Chambre. Sans mesures d'action positive, il est difficile pour les femmes de grimper dans les postes de direction au Nigeria. Ces mesures sont nécessaires, car il y a d'autres causes systémiques pour la faible représentation des femmes dans la vie publique, ce qui implique un changement de mentalité qui est une tâche transformative et générationnelle. Avant que cela peut être atteindre, une mesure provisoire d'action positive ou, mieux encore, une loi sera utile. Le Nigeria a La politique nationale du genre qui prévoit 35% d'action positive pour les femmes dans toutes les positions. Cependant, ce n'est qu'un document de politique et il a été très difficile de tenir le gouvernement responsable devant elle. En outre, certains partis politiques ont des manifestes de politiques qui donnent des positions spécifiques aux femmes au sein des structures du parti, mais cela a été noté comme très symbolique en nature. Dans des pays comme le Nigeria où les partis politiques restent encore la seule voie légitime pour soit postes électifs ou par nomination, il peut être plus stratégique d’obtenir davantage de femmes dans les partis politiques comme des vrais membres du parti et les aider à lutter pour les postes au sein des partis. Souvent, la décision de qui devient un ministre ou quel individu reçoit une nomination pour contester des élections est déterminé par les chefs de parti. Parce que les femmes sont en très petit nombre dans leur hiérarchie, elles perdent souvent dans les nominations et les élections. Fait intéressant, même au sein des structures parlementaires, le parti a une énorme influence sur la nomination du leader parlementaire / législative et si les femmes ne sont pas dans des positions décisionnels au sein des partis, elles ne peuvent pas avoir une influence dans ce que le parti politique détermine pour les chambres législatives .

Contribution Ce sont les partenaires de développement eux-mêmes qui sont souvent coupables de cibler les femmes parlementaires à travailler sur « les questions des femmes » - avec le résultat que de nombreux parlements décident alors que les autres comités / questions sont du ressort des députés masculins. Ceci produit alors un groupe déjà marginalisé des députées responsables - et de l’intérêt propre - pour promouvoir et protéger les droits des femmes. Tous les comités devraient être équilibrée autant que possible entre les sexes - notant les limitations cependant, d'avoir un plus petit nombre de femmes parlementaires dans tous les parlements, à l'exception du Rwanda. En réalité, de nombreux parlements n'ont tout simplement pas de femmes parlementaires suffisant pour qu'il soit pratique d'avoir des femmes dans tous les comités ou les femmes en tant que co-présidentes de tous les comités (voir, par exemple, dans le Pacifique, qui dispose de 2 parlements sans femmes et 5 parlements avec seulement 1 femme députée chacun). Les leçons apprises au tour du monde soutiens des mesures de discrimination positive pour les femmes, à la fois à l'Assemblée législative et dans la fonction publique. Il y a clairement un plafond de verre et telles mesures sont nécessaires pour permettre aux femmes de le briser. Cela dit, nous devrions nous concentrer sur des mesures spéciales temporaires - constatant que les quotas ne devraient jamais être considérés comme permanentes, mais comme une «solution rapide» et temporaire pendant que nous continuons à travailler sur les questions culturelles / sociales plus complexes qui se présentent comme défis aux femmes. Comme une approche de plaidoyer, il est particulièrement utile de parler de l'importance des quotas qui produisent des «modèles» pour les autres femmes - voir une poignée de femmes au Parlement encourage les autres femmes à voir la possibilité d’atteindre des positions de leadership similaires. En revanche, les quotas sont aussi utiles parce que quand les femmes regardent des parlements dominés par les hommes et qu'elles sentent qu'elles ont peu de chances de gagner un siège (en particulier dans les pays ayant des cultures machistes), s'elles savent qu'elles ne seront qu’en compétition contre d'autres femmes, elles peuvent penser qu'elles ont une meilleure chance et seront donc plus disposées à prendre le risque de se présenter aux élections (en notant pertinemment qu'elles devront consacrer du temps et des ressources financières à la campagne et peut-être même leur emploi s'elles travaillent dans la fonction publique) .

Conclusion

Tous les participants à la discussion étaient d’accord qu'il y avait des stéréotypes en matière d’attribution des portefeuilles particuliers aux femmes. La majorité des contributions que nous avons reçues a souligné que les mesures d'action positive pour accroître la représentation des femmes dans la prise de décision et institutions sont nécessaires, mais elles ne suffisent pas à garantir des progrès soutenus en matière de participation politique des femmes. La plupart des participants ont déclaré que les efforts d'intégration du genre dans la sphère politique ont mis l'accent sur l'accroissement de la présence numérique des femmes dans les institutions pertinentes tout en négligeant la nécessité de garantir la participation effective aux processus stratégique de prise de décision. Les participants des pays où les lois de quotas ont été effectivement mises en œuvre ont affirmé que les quotas ne garantissent pas la participation des femmes dans les décisions plus stratégiques / importantes et qu’il y a une nécessité d'un changement profond sur le plan social. Ça était également réitéré tout au long de la discussion qu’en tant que la participation des femmes soit garantie que par des mesures délibérées, les femmes resteront confinées à un certain échelon de portefeuilles au sein des nivéaux exécutifs et législatifs du gouvernement. Certains utilisateurs affirment que les femmes élues sur la base des mesures d'action positive seulement satisfaisaient un but symbolique plutôt que de contribuer efficacement à l'avancement des droits des femmes. Il semble y avoir un consensus que les partis politiques sont des acteurs clés pour le changement du statu quo et se dirigeant vers la nomination des candidats fondée sur le mérite, ce que produira des structures de gouvernance plus représentatives, équilibrées et efficaces. Plusieurs recommandations ont été formulées en face de la discussion. L'indépendance économique a été mentionnée à plusieurs reprises comme un facteur important dans l'accès des femmes au processus de prise de décisions aussi comme la nécessité de l'accès au financement pour les campagnes électorales. Plusieurs utilisateurs ont évoqué la nécessité du renforcement des compétences et la formation des femmes candidates.

Recommandations ont également été faites relatives à l'augmentation de la visibilité des femmes et leurs réalisations et la nécessité de la mise en place de solides réseaux des femmes. Enfin, nous tenons à remercier tous nos membres qui ont contribué à cette discussion!

Type de ressource: 
Auteur: 
iKNOW Politics
Année de publication: 
2013